top of page
QUATREFAGES (Armand de). Hommes fossiles et hommes sauvages .

QUATREFAGES (Armand de). Hommes fossiles et hommes sauvages .

SKU : 9501055
600,00 €Prix
Etudes d'anthropologie. Paris, Librairie J.-B. Baillière et fils, 1884, in-8 (24 x 16 cm), percaline grise. Au premier plat, Néo-Guinéen du détroit de Dourga (fig. 107 p. 183), tenant lance et arc, les pieds baignant dans un cours d'eau, noir sur fond doré, le titre sur une bannière suspendue à une branche en haut. Au second plat encadrement de motifs géométriques avec écusson noir aux initiales de l'éditeur au centre, au dos deux vignettes noir sur or, jeune noble de la caste des Idas (Bali, fig. 82 p. 148, sans son épée portée au dos), en bas crâne de Tasmanien de Launceston vu de profil (fig. 143 p. 311), tr. rouges (A. Souze, graveur, Engel, relieur), XII-644 p. et catalogue éditeur de 16 pp. ¦Édition originale illustrée de 209 gravures in-texte et un e carte en couleurs (entre les pp. 400-401). Table : Premières découvertes relatives à l'homme fossile. L'homme des époques paléolithique et néolithique. Les Malais et les Papouas. Les Papouas et les Négritos. Populations de la Mélanésie et de la Polynési e occidentale. La race tasmanienne. La Guerre noire (The Black War) en Tasmanie. Migrations polynésiennes. Maoris et Morioris. Les Todas. Les Finnois de Finlande. Comme bon nombre de savants du XIXe siècle, Armand de Quatrefages (1810-1892) cumule les spé cialités : docteur ès-sciences (1829), docteur en médecine (1832), il enseigne ces disciplines avant de passer un troisième doctorat en sciences naturelles (1840). Enfin, il mène des travaux de zoologie et de biologie. Élu membre de l'Académie des sciences (1852), il publie ses Souvenirs d'un naturaliste en 1853. Titulaire en 1855 de la chaire d'anatomie et d'ethnologie du Muséum d'histoire naturelle, il se fait connaître par ses études d'anthropologie, science qu'il contribue à fonder (Unité de l'espèce humaine, 1861 ; Les Polynésiens et leurs migrations, 1866 ; Histoire de l'homme, 1867-1868, etc.) et de cranioscopie (Crania ethnica : les crânes des races humaines décrits et figurés, 1873-1879, avec Ernest Hamy). En 1870, il s'intéresse aux théo ries de Darwin (1809-1882) et de Lamarck dans Charles Darwin et ses précurseurs français ; étude sur le transformisme. Il restera un fixiste opposé au transformisme de Darwin (Les Émules de Darwin, 1894). En 1875, il participe à la fondation de l'École d'anthropologie, publie L'Espèce humaine (1877, nombreuses rééditions jusqu'en 2003), où il définit notamment la "race de Cro-Magnon", L'Homme tertiaire et sa survivance (1885) et Les Pygmées (1887) pour enfin publier une grande synthèse, Histoire générale des races humaines (2 vols., 1886-89). Comme son collègue Paul Broca (1824-1888), il dote "l'anthropologie d'institutions de recherche, d'enseignements et de conservations, opérant une rupture définitive d'avec les mêmes lieux qui existaient dan s un souci souvent plus "curieux" et esthétique que scientifique. C'est ce moment, très important pour nous, où le regard revêt une vision documentaire et envisage les collections existantes comme des moyens de connaissance de l'homme qu'il faut regrouper, pour les étudier, au sein de laboratoires scientifiques" (Pascal Dibie, La Passion du regard, 1988). Ces diverses préoccupations se trouvent résumées dans Hommes fossiles et hommes sauvages : études d'anthropologie, qui a été réédité en 1988 chez Je an-Michel Place (Collection "Les Cahiers de Gradhiva" n°8), préfacé par Marika Moisseeff qui écrit : "Titulaire en 1856 de la première chaire d'anthropologie en France, crée au Muséum national d'histoire naturelle, Quatrefages est connu pour ses travaux de paléontologie humaine et ses mesures cranéologiques. Dans Hommes fossiles et hommes sauvages, il s'interroge sur l'origine de l'homme et sur la notion de race humaine. C'est à travers cette interrogation que les populations océaniennes feront l'objet d' une véritable redécouverte. Il faut reconnaître à Quatrefages un humanisme devenu rare parmi les hommes de science de son temps dénonçant avec force le mépris et les violences dont elles ont été l'objet. Son originalité réside dans l'intelligence de l'arti culation de ses positions, moralistes et scientifiques. Dans cet ouvrage, il remplit sa tâche de "premier" anthropologue, contribuant à apporter les fondements de l'unité de l'homme au travers de sa diversité culturelle et réussit ce tour de force, mainten ir la différence dans la similitude, le pluriel dans le singulier, au nom d'une éthique scientifique à laquelle revient l'honneur d'avoir pu ébranler quelque peu la conscience politique. On comprend pourquoi il lui était nécessaire de réunir les hommes fos siles et les hommes sauvages : pour que la notion de race devienne caduque, il fallait d'abord emporter la conviction quant à l'unité de l'espèce humaine." Exemplaire sublime, à l'état absolument neuf.
bottom of page