top of page
RAMBOSSON (Jean) . Histoire des météores et des grands phénomènes de la nature .

RAMBOSSON (Jean) . Histoire des météores et des grands phénomènes de la nature .

SKU : 9501511
500,00 €Prix
Paris, Librairie de Firmin Didot, 1877, 3e éd. revue et augm., in-8 (24 x 16,5 cm), percaline marron. Au premier plat, noir et or, ouragan (en haut, p. 255), aurore polaire, avec attelage tiré par des chiens sur la banquise (en bas, p. 353), dans un encadrement de filets avec aux angles les quatre vents (figurés sous forme de quatre têtes d'angelots souffleurs). Au second plat, encadrement de motifs décoratifs noirs, rosace centrale, au dos, en haut, étoile filante (p. 447), en bas, phénomène des marées (alignement du Soleil, de la Lune et de la Terre, p. 193), (A. Souze, graveur, Engel, relieur), XI-(1)-463-(1) pp. ¦Édition illustrée de 90 gravures par Yan Dargent dont 8 pl. hors texte, et de deux planches chromolithographiques (front. et p. 72).Première édition 1869 et réédition 1870 dans un cartonnage non historié.Lettre de M. Babinet à l'auteur (24 août 1868).Vulgarisateur scientifique dont les ouvrages sont publiés, à partir de 1853, chez Garnier, Hachette, Guyot, Belin, Périsse, Albanel, Rothschild, Delagrave, Picard, Masson, Librairie illustrée, etc.Il entame une série de livres chez Firmin-Didot en 1868, fréquemment réédités : Histoire et légendes des plantes utiles et curieuses (1868), Histoire des météores et des grands phénomènes de la nature (1869), Les pierres précieuses et les principaux ornements (1870), Les Lois de la vie et l'art de prolonger ses jours (1871), L'Éducation maternelle d'après les indications de la nature (1872), Histoire des astres, astronomie pour tous (1874), La Loi absolue du devoir et la destinée humaine au point de vue de la science comparée (1875), Les Harmonies du son et l'histoire des instruments de musique (1878), Phénomènes nerveux, intellectuels et moraux (1883).En 1869, dit Babinet, la météorologie est une science encore à létat débauche, mais Rambosson est lun de ceux qui ont contribué à ses progrès, notamment en étudiant les ouragans au cours de ses voyages, concluant : « Vous avez fait un beau et bon livre, qui sera utile non-seulement aux gens du monde, mais même aux savants. »« Après un chapitre préliminaire : La Science et les voyages », lauteur « nous transporte en plein dans la science pure ». « Pour aborder, pour comprendre les grands phénomènes de la nature, il faut en connaître les secrets ressorts, cest-à-dire les causes efficientes, les agents. Ces agents sont : la lumière, la chaleur, lélectricité, le magnétisme. » Puis cest « latmosphère, sans laquelle les existences terrestres, animales et végétales fussent indéfiniment demeurées dans le néant ! » Lauteur aborde ensuite les vents, les météores aqueux, la mer et les marées, la mer polaire, les trombes, la foudre, les tremblements de terre, etc. La mer polaire et les ouragans sont deux des chapitres les plus innovants pour lépoque, sur des sujets qui étaient encore mal connus, et sur lesquels le livre apporte des connaissances nouvelles, les pôles étant alors largement inexplorés. De même, « cest depuis quelques années seulement que les lois des ouragans sont connues (…). Aujourdhui, grâce à ces efforts combinés du capitaine Bridet et de M. Rambosson, les ouragans sont loin dêtre aussi redoutables, aussi redoutés quautrefois. Les bâtiments à vapeur peuvent sen jouer et sen servir comme dauxiliaires utiles, et le navire à voiles, moins libre dans ses mouvements, peut du moins éviter ces avaries désastreuses qui, si souvent, ont affligé la grande famille maritime… » Enfin, « les illustrations de Yan dArgent, répandues à profusion dans louvrage, contribueront, pour leur part, à le faire accepter des plus rebelles à la science. Elles en font un ravissant livre détrennes et dinstruction aimable », conclut Ach. Genty (Le Moniteur scientifique, 1869).Pour indiquer le rayonnement de ce livre, qui eut quatre éditions, ajoutons que dans son article « La bibliothèque scientifique de Jules Verne », Philippe Burgaud signale que « concernant lastronomie, Jules Verne possédait lHistoire des météores de Rambosson, Le Ciel et les comètes dAmédée Guillemin [PH 2/38], LEspace céleste dEmmanuel Liais » (De la science en littérature à la science-fiction: Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, 1995).Rousseurs éparses. Coiffe sup. légèrement effrangée.Cartonnage peu courant.Existe aussi en rouge.Superbe plat historié resplendissant dans une couleur rare.
bottom of page