top of page
REMY-ALLIER. Retrouvée !

REMY-ALLIER. Retrouvée !

SKU : 9501138
500,00 €Prix
Paris, Librairie Ducrocq, [1896], gr. in-8 (27,5 x 20 cm), percaline rouge. Au premier plat noir et or, Paul Damargne fuyant à bicyclette, ayant arraché Lili des griffes des forains qui l'avaient enlevée et la faisaient travailler dans leur cirque, à Fontarabie (frontispice et p. 440). Au second plat, encadrement de motifs décoratifs avec fer central noir, au dos caissons dorés, tr. dorées (C. Blancheland, graveur, Engel, relieur), (8)-502-(2) pp. ¦Édition originale illustrée de 70 compositions de Lucien Métivet, Coeylas, etc., gravées par Méaulle, Muller et Ruckert. Par son format et sa pagination, cet ouvrage n'appartient pas à la collection Ducrocq inaugurée par les livres didactiques d'Émile Desbeaux (Le Jardin de Mademoiselle Jeanne, 1880 ; Les Pourquoi de Mademoiselle Suzan ne, 1882 ; sa suite Les Parce que de Mademoiselle Suzanne, 1883 ; Les Découvertes de Monsieur Jean, 1883, etc.), poursuivie par des oeuvres de Maurice Barr, Paul Combes, Sixte Delorme, etc. Mais il y est lié, par son thème et son auteur. En 1891, la collection accueille un premier roman de Marie Miallier, Tous les cinq, avec une préface de Sully Prudhomme, un illustre parrainage pour un auteur débutant. En 1892, Louis et Louisette du même auteur était présenté par une préface de, François Coppée ( "A mademoiselle Marie Miallier"). Une suite paraît en 1893, Les Enfants de Louisette. En 1894, elle publie un quatrième titre, Les Trois cousins de Rosette (cf. PH 21/405). Cet auteur mal connu disparaît alors de l'horizon, pour une raison ignorée, emp runtant divers pseudonymes, parmi lesquels Rémy-Allier, fondé sur un jeu de mots, utilisé pour deux romans plus volumineux, qui sont encore des histoires d'enfants. Dans Retrouvée !, le premier des deux, l'auteur met en scène un groupe d'enfants en apprentissage (avec, selon son habitude, moult citations littéraires, de Corneille à Lamartine, de Voltaire à Franklin), une joyeuse fratrie où règne une saine émulation, aux âges échelonnés de cinq (la cousine Lili) à dix-huit ans (Juliette, qui aime son cama rade Jacques Meyran, d'une famille amie, élève de "l'éminent professeur Lavisse"), passant par Marguerite (dix ans), Henri (treize ans, futur avocat) et Paul (quinze ans, qui veut faire l'école d'agriculture de Grignon). Les jeux qu'ils imaginent ont souvent un caractère pédagogique. Ce sont les enfants du Dr Damargne, de Vaucresson. Un soir, on vient chercher le docteur pour tenter de sauver la fillette de forains qui se meurt dans sa roulotte. C'est une acrobate prodige de six ans, Rosita, d'origine espagnole, dont la mort navre les saltimbanques. D'autre part, le père de Lili, officier en Algérie, y est hospitalisé après une chute de cheval, ce qui incite Paul à lui rendre visite et à découvrir le pays durant l'été, accompagné de Jacques. Le voyage en P LM décrit longuement la France de Paris à Marseille. Au cours de la traversée, l'équipage du paquebot sauve les passagers d'un aérostat en détresse. Les deux amis iront dévaler les ruelles d'Alger à bicyclette ! C'est l'un des thèmes du livre, dont l'intérêt est de mettre en scène la bicyclette comme agent et moyen de l'action en différentes circonstances, que ce soit en Algérie ou pour traverser la France (de Tarascon à Bayonne) à la recherche d'une enfant enlevée, la petite Lili. Grâce au vélo, le héros poursuit les ravisseurs de la fillette sur de longues distances, et parvient à leur échapper au moment voulu, en "semant" ses poursuivants, subjugués par ce moyen de transport inattendu, efficace et novateur, pour son époque, où la "petite reine" commençait à remporter un succès fulgurant, comme élément de la modernité, du sport et de la jeunesse. Le classique de Baudry de Saunier Le Cyclisme était paru en 1892 (PH 21/393), année où un quotidien intitulé Le Vélo était créé par Pierre Giffard. Ce mode de locomotion connaît un engouement certain dans cette décennie, notamment auprès des écrivains (H. G. Wells, La Burlesque équipée du cycliste, 1896 ; Maurice Leblanc, Voici des ailes, 1898). Rémy-Allier s'affirme un véritable précurseur de ce courant . Encore une fois, en mettant en valeur sur la couverture l'élément le plus significatif du récit, les livres à plat historié sont à l'avant-garde des innovations de la société.
bottom of page