top of page
ROBIDA (Albert). Fabliaux et contes du Moyen Age.

ROBIDA (Albert). Fabliaux et contes du Moyen Age.

SKU : 9501612
450,00 €Prix
Paris, Librairie Renouard, Henri Laurens, éditeur, [1908], gr. in-8 (28,5 x 22,5 cm), percaline gris-bleu, bords biseautés. Au premier plat, polychrome, deux trouvères (un chanteur jouant d'une viole et un joueur de cornemuse) distrayant une assemblée attablée, sur fond de tenture. Au second plat écusson aux initiales HL de l'éditeur, titre doré en long au dos, tr. dorées, (4)-IV-118-(2) pp. ¦Premier tirage de cette édition illustrée de 110 dessins dont 10 en couleurs par Albert Robida. Réédité en 1926 et 1930.Edition pour la jeunesse de ce recueil de 19 textes choisis, précédée d'une introduction par M.-L. Tarsot, « légendes, fabliaux, aventures de chevalerie qui sont de vrais contes de fées ».Comment vivaient nos aïeux du Moyen Age ? demande M. Tarsot. « Je parle de lancien temps (…). Les vois-tu confinés dans leurs villes ou leurs villages, que joignaient je devrais dire : que séparaient des routes à peine tracées, où lon enfonçait dans la poussière en été, dans la boue en hiver, que des bandes de malandrins infestaient. (…) Tous ces gens-là vivaient cependant, et nétaient pas aussi malheureux que certains le prétendent. Certes ils ne connaissaient ni journaux, ni revues. Ils ne recevaient pas, à leur lever, les instantanés des événements de la veille. Ils sen passaient, voilà tout. » Ils navaient guère de livres et beaucoup avaient oublié dapprendre à lire. Mais il y avait la veillée. Tous se réunissent le soir, jeunes et vieux, maîtres et valets, « tous écoutaient et racontaient tour à tour les histoires, contes, légendes, fables, récits de voleurs et de revenants, aventures de chevalerie quils avaient entendues raconter à leurs aïeux et dont ils nétaient jamais rassasiés. Chacun y ajoutait un détail, une variante. On riait, on frissonnait aux mêmes endroits. » M. Tarsot a retenu, entre autres, les contes suivants : Les trois aveugles de Compiègne, Du vilain qui gagna le Paradis en plaidant, Griselidis, Du jongleur qui alla en enfer, La mule sans frein, Le bourgeois dAbbeville ou la housse coupée en deux, Lai du palefroi Vair (Histoire du cheval gris), De sire Hain et de dame Anieuse, Aucassin et Nicolette, etc.On reconnaît un premier tirage par la qualité du papier, par les trois tranches dorées, ainsi que par le nombre de titres au catalogue (ici seulement les neuf premiers titres de la collection, créée en 1897, des œuvres adaptées de Perrault, Florian, Berquin, Cervantès, La Fontaine, Swift, Defoe, Lesage, et Les Mille et une nuits).Dixième titre de cette collection, intitulée Les Chefs d'œuvre à l'usage de la jeunesse, qui s'enrichira ensuite de : Le Roman de Renart (1909, cf. PH 48/867), les Contes de fées de Mme d'Aulnoy et Mme Leprince et Beaumont (1911), les Contes du chanoine Schmid (1913), les Contes de Shakespeare adaptés par Charles Lamb (1914) et d'un quinzième titre en 1920, les Histoire et aventures du baron de Münchhausen, illustrées par Robida. Le premier volume, les Contes de Perrault, est illustré par une dizaine dartistes, dont certains (G. Fraipont, H. Gerbault, Henri Morin, Vimar) se verront confier dautres titres de la collection.Cette série publiée par Laurens, qui associe un grand texte classique et un maître illustrateur, est lun des plus belles collections de livres à plat historié. Elle mérite toute lattention des amateurs qui sauront réunir ses titres dans le maximum de couleurs de toiles différentes. Parallèlement, Laurens publie dautres collections comme Plume et crayon, sur le principe, texte et dessins par le même auteur-artiste, une dizaine de titres pour la joie du texte et de limage.Très bel exemplaire.
bottom of page