top of page
SCOTT (capitaine Robert Falcon).Le Pôle meurtrier. Journal du capitaine Scott.

SCOTT (capitaine Robert Falcon).Le Pôle meurtrier. Journal du capitaine Scott.

SKU : 9500240
750,00 €Prix
Paris, Hachette, 1914, fort in-8 (26,4 x 20 cm), percaline verte, premier plat illustré d'un dessin noir et blanc du capitaine Scott, d'après la photographie du frontispice, second plat muet, dos orné d'un médaillon central représentant une boussole (motif servant de cul-de-lampe), tête dorée (rel. de l'éd.), X-381-(3) pp. ¦Carte dépl. et 72 planches h.-t. (91 photogr.). Adapté et préfacé par Ch. Rabot. Après avoir publié le journal de l'expédition victorieuse Au Pôle Sud : expédition du Fram, 1910-1912 de Roald Amundsen (1913), le traducteur Charles Rabot présente celui de son concurrent malheureux, le capitaine anglais Scott (1868-1912) qui ne revint pas de son voyage. Pourtant Scott avait tout pour réussir une telle expédition : sa connaissance des régions antarctique était grande, lui qui, dès 1902, se lançait dans leur conquête (expéditions relatées dans son ouvrage La "Discovery" au Pôle Sud, Hachette, 1908), et lorsque sir Ernest Shackleton s'est approché à 179 kilomètres du Pôle Sud, après son voyage de 1908-1909, vaincu par la famine, Scott "résolut d'achever la brillante victoire " de son prédécesseur, "et en septembre 1909, il publiait le programme de sa nouvelle entreprise", explique Ch. Rabot. Celle-ci fut soutenue par une enthousiaste souscription populaire et des subventions officielles du gouvernement et des colonies britanniques. Mais le Pôle s'avéra "meurtrier" pour ses conquérants, et le journal de Scott en retrace les péripéties tragiques. Tout avait bien commencé pourtant, le 26 novembre 1910, mais les aventuriers atteignirent le Pôle le jeudi 18 janvier 1912, pour y découvrir les traces du passage de l'expédition Amundsen, qui venait d'y séjourner un mois auparavant ! La déception est terrible, et le retour difficile : "1280 kilomètres pendant lesquels nous aurons à haler notre traîneau au prix de pénibles efforts". L'expédition s'achève en désastre, deux mois après, vaincue par le froid et la faim, et par un ultime "message au peuple anglais qui a ému le monde entier". Les corps et le journal de Scott sont retrouvés et ramenés non sans mal par l'expédition de secours du commandant Evans. "Les causes du désastre ne sont pas dues à une organisation défectueuse de l'expédition, écrit Scott, mais à la malchance dans tous les risques que nous avions à courir", perte d'attelages, mauvais temps, éléments contraires. Comme celui d'Amundsen, le récit de Scott a été publié dans les journaux et magazines du monde entier, et en France, par Le Tour du Monde en 1914. Les deux volumes sont publiés par Hachette dans un cartonnage identique, y compris le médaillon au dos représentant la boussole, que l'on retrouve sur l'ex-libris... Huret, Le Tour du Monde, 1860-1914 : Étude d'ensemble et tables, n°92. Bibliothèque polaire de Paul-Émile Victor, 1982, n°298-304. Illustre provenance (Ex-libris Paul-Émile Victor). Très bel exemplaire, dans le beau cartonnage de l'éditeur.
bottom of page