top of page
SHACKLETON (Sir Ernest). Mon expédition au sud polaire .

SHACKLETON (Sir Ernest). Mon expédition au sud polaire .

SKU : 9500145
450,00 €Prix
Mon expédition au sud polaire, 1914-1917. Tours, Maison Alfred Mame et fils, [1924], gr. in-8 (30 x 21 cm), percaline verte. Premier plat polychrome représentant le voilier de l'auteur, L'Endurance, pris dans un champ de glace (d'après la photo de la p. 63). Second plat muet orné de filets d'encadrement à froid, dos orné du motif des fléaux croisés, dorés, tr. dorées, 380-(4) pp., carte dépl. ¦Édition originale française de la traduction de Marie-Louise Landel (1894-1987), illustrée de photographies in et hors texte. L'ouvrage mythique d e l'explorateur Shackleton (1874-1922), qui passa deux ans perdu en Antarctique avec son équipage à lutter contre le froid, la faim, la glace, les intempéries, dans la plus inhospitalière région du globe. Paul-Émile Victor aimait à rappeler que s'il avait consacré sa vie à l'exploration des régions polaires, c'était pour avoir lu un jour la relation de voyage de Shackleton à bord de L'Endurance. Ce grand classique des expéditions polaires a été réédité en 1988 chez Phébus, dans la même traduction, sous le titre L'Odyssée de l'Endurance, avec une préface de Paul-Émile Victor, et réimprimé au format poche en 1992 (Petite Bibliothèque Payot) et 2000 (Libretto). Shackleton avait déjà conduit une expédition dans la même région, en 1907-1909, qu'il relate d ans Au coeur de l'Antarctique, expédition du Nimrod au Pôle Sud (Hachette, 1910), traduit par Charles Rabot, responsable des traductions de la plupart des livres d'expédition polaire chez Hachette (cf. les livres de Scott et d'Amundsen, les deux rivaux d e la course au Pôle Sud, PH 149 et PH 166). En 1909, il était alors parvenu à 180 km du Pôle Sud, avant d'être obligé de rebrousser chemin. L'auteur explique : "Après la conquête du pôle sud par Amundsen, précédant de quelques jours seulement l'expédition britannique conduite par Scott, il ne restait plus qu'une grande entreprise à tenter dans l'Antarctique : la traversée de mer à mer du continent polaire sud. Stimulé par les succès norvégiens, j'en entrepris l'étude et l'organisation." Malheureusement, "n ous avons échoué. L'histoire de notre tentative est le sujet de ces pages." Ayant préparé scientifiquement son voyage, il rend le projet public début 1914. "Il en résulta d'abord une inondation de lettre de gens de toutes les classes de la société, qui de mandaient à prendre part à l'aventure. J'en reçus près de cinq mille, et sur ce nombre je choisis cinquante-six hommes". A la déclaration de guerre, début août, il mit aussitôt son navire au service de l'Amirauté, qui le remercia en l'autorisant à partir m algré le conflit. En octobre, il est en Argentine et en décembre, il s'élance vers le sud, à partir de l'île de Géorgie du Sud. Parti durant l'été austral, l'expédition ne tarde pas à rencontrer des difficultés, et le navire, pris au milieu d'un champ de g laces, dérive pendant des mois, jusqu'à l'hiver austral (juin 1915), finit par être broyé par la pression et à couler (octobre). Les naufragés ayant eu le temps de s'organiser pour cette éventualité, le retour fut néanmoins des plus pénibles puisqu'ils éta ient bloqués sur la banquise à plus de 600 km de la terre la plus proche. Ils atteignirent l'île de l'Éléphant en avril 1916 (la plus au nord de l'Antarctique), une terre désertique. Shackleton décida de gagner la Géorgie du Sud en canot avec cinq hommes. Leur odyssée n'était pas finie, il ne fallut pas moins de quatre expéditions pour rapatrier leurs compagnons, dispersés en deux équipes. Le continent Antarctique ne se laissait pas conquérir facilement. L'auteur termine son livre en 1921, et se lance auss itôt dans une nouvelle expédition, mais il meurt subitement le 5 janvier 1922, en Géorgie du Sud. Le public a pu découvrir, en 1923, son odyssée au cinéma, un des premiers documentaires cinématographiques sur une expédition polaire, qui contribua largement à la populariser. Cet ouvrage forme en quelque sorte le pendant de Perdus dans l'Arctique, d'Ejnar Mikkelsen, que Mame avait publié en 1913. Émouvante provenance (bibliothèque de Paul-Émile Victor avec son ex-libris). Très bel exemplaire. Ors repris .
bottom of page