top of page
SIMOND (Charles) . Les Français en Afrique au XIXe siècle .

SIMOND (Charles) . Les Français en Afrique au XIXe siècle .

SKU : 9501448
450,00 €Prix
Paris, H. E. Martin, éditeur, [1901], in-4 (33 x 24,5 cm), percaline rouge. Au premier plat, polychrome (bleu, blanc, noir et or), décor à thème africain (lion, chameau, éléphant, guerrier africain, Arabe en burnous, décor de ville d'Afrique du Nord avec minaret et palmiers), sur fond de croisillons, nom de l'éditeur H. E. Martin en cartouche. Second plat muet, au dos motifs décoratifs en croisillons, tr. dorées (A. Poënsin, relieur), (6)-IV-(4)-306 p. ¦Édition originale illustrée de 43 cartes et de 247 photographies.Avant-propos daté de juillet 1901.Charles Simond est le pseudonyme dun polygraphe dorigine belge dont le vrai nom est Paul Van Cleemputte (1837, Gand-1916, Paris). Publiciste, journaliste et romancier, la liste de ses notices dans le catalogue de la BNF est forte de plus de trois cents entrées, dont la moitié sont des préfaces ou des notices. Il travaille principalement pour les éditions Lecène et Oudin (Société française d'imprimerie et de librairie) et pour Henri Gautier, ainsi que Picard et Kaan, Boulanger, Firmin-Didot, Plon, E. Gaillard (Société française d'éditions d'art), Juven, Louis-Michaud (Société des publications littéraires illustrées), et fournit leurs catalogues en ouvrages historiques ou de voyages, pédagogiques et didactiques.Il traduit ou adapte de langlais ou de lallemand des romans de Miss Cummins, Edgar Poe, R. M. Ballantyne, Walter Scott, Goethe, Hoffmann. Il a une fonction de directeur littéraire et édite ou présente de nombreux classiques pour la jeunesse. Il utilise plusieurs autres pseudonymes comme Paul Largillière et Pierre Durandal, nom sous lequel il publie Le Second voyage de Passe-partout autour du monde en 1888. Ce roman, réédité deux fois en 2012 et 2013, est une suite au roman de Jules Verne Le Tour du monde en quatre-vingt jours (1872). Pour léditeur Boulanger, il dirige le magazine Le Monde de la jeunesse (1891-1894) où il publie de nombreux récits et romans de voyages.Tout en nous renseignant sur ses intentions en composant ce livre, la préface écrit pour Les Français en Afrique au XIXe siècle pose la question du colonialisme et du rôle de la France dans cette aventure, rôle civilisateur mais entrant en concurrence avec les velléités des autres pays, notamment lAngleterre, dont elle dénonce la politique coloniale guerrière.Lauteur justifie ainsi la position française : « Sans doute, l'expérience a prouvé que si les causes désintéressées ont, pendant une grande partie du XIXe siècle, attiré de préférence l'intrépidité française, il n'était plus possible, en face de la politique coloniale anglaise ou allemande, de laisser ces puissances, qui sont pour nous des rivales quand elles ne sont pas des ennemies, s'implanter en Afrique sans que la France leur y disputât le terrain et y prît vigoureusement en mains la défense de son salut et de son avenir ; mais ces considérations nécessaires n'ont pas modifié le tempérament des Français frayant des voies nouvelles et, quoi qu'en aient pu dire quelques détracteurs on en rencontre même en son propre pays aucun de ces explorateurs [René Caillié, Brazza] n'a inscrit dans les Annales de l'Afrique, comme l'ont fait par exemple les Anglais et les Allemands, un nom maudit par les indigènes. C'est ce contraste que nous avons voulu faire ressortir. »Enfin, on notera que ce volume est entièrement illustré par la photographie, selon une tendance toute nouvelle à lépoque, où la gravure (qui se maintient dans les romans) sefface dans les ouvrages géographiques et de voyage.Cartonnage à plat historié peu courant.
bottom of page