top of page
TOPFFER (Rodolphe). Ses sept albums d'histoires en images.

TOPFFER (Rodolphe). Ses sept albums d'histoires en images.

SKU : 9501200
2 000,00 €Prix
Paris, [Garnier], [v. 1895-1910], in-8 oblong (18,5 x 29 cm), percaline rouge. Premier plat orné d'une composition or propre à chaque volume (décrite ci-dessous), sur un rouleau (enroulé en bas), dans un encadrement noir en arabesques, identique sur les deux plats des 7 volumes, tr. dorées ([Engel, relieur - non indiqué]), pages imprimées au recto, entièrement autographiées (textes et dessins) par l'auteur et revues à l'identique par son fils François vers 1860. ¦Collection complète des sept "histoires en estampes" de l'auteur, soit, dans l'ordre de parution des éditions originales : - Histoire de Mr. Jabot [EO 1833], impr. E. Dufrénoy, 49 rue du Montparnasse, 52 pl. Au premier plat, M. Jabot saluant Mlle de Bocage et se remettant en position, torse bom bé (pl. 3). - Histoire de Mr Crépin [EO 1837], impr. E. Dufrénoy, 88 pl. Au premier plat (à gauche), les enfants Crépin mettent tout le salon en nombres fractionnaires sous l'oeil de leur mère, qui les voit déjà à l'école polytechnique, (à droite) M. Fa det, leur instituteur, développe sa théorie éducative à Mme Crépin, subjuguée (pl. 23). - Histoire de Mr Vieux-Bois [Daté Genève, 1839 in-fine et Paris 1860 en page de titre], 92 pl. Au premier plat, Mr Vieux-Bois adopte la vie pastorale pour la santé d e l'objet aimé et lui joue du fifre au milieu des pâturages (pl. 64). - Histoire de Mr Pensil [orthographié Pensil sur le plat] ([EO 1840]), autographié à Genève par F. T., 1860, lithographie de Caillet, Éd. Garnier), impr. E. Dufrénoy, 72 pl. Au premie r plat, Georges Luçon, passant devant le jardin du maire, se voit arrêté par le vingtième léger et traîné devant le conseil de guerre (pl. 39). - Le Docteur Festus [1840], Garnier, impr. E. Dufrénoy, 40 pl. Au premier plat, le docteur Festus toise le ma ire, la force armée derrière lui (page de titre). - Histoire d'Albert, par Simon de Nantua (1862 [EO 1845]), impr. E. Dufrénoy, 40 pl. Au premier plat (frontispice) à gauche, Albert déménage avec son baluchon, devant un poteau indicateur portant la date de 1862 (pl. 22 à 32), à droite, Albert raconte son histoire à Simon de Nantua qui lui propose de le placer (pl. 30). - Mr Cryptogame [EO 1845 dans L'Illustration], 7e édition, impr. F. Levé, 64pl. Premier plat composite (à gauche, le ménétrier jouan t du violon et le docteur lisant, assis ; au centre, papillons volant au-dessus de trois Maures d'Alger cachés derrière un rocher frappé du nom de l'auteur ; à droite, la Provençale tenant son chien et Mr Cryptogame assis tenant son haut-de-forme, son file t à papillons derrière lui). La destinée de ces sept ouvrages est sans précédent dans l'histoire du livre. Les premiers essais de "récits en estampes" de Rodolphe Töpffer (1799-1846), dessinateur, écrivain et éducateur genevois, n'étaient nullement conçus pour être diffusés auprès du public. Il est d'abord l'auteur de livres de voyages effectués dans les Alpes avec ses élèves de 1825 à 1843 (Voyages en zigzag) et de Nouvelles genevoises (1841), saluées par Sainte-Beuve dans la Revue des Deux-Mondes. Ayant renoncé au métier de peintre (la profession de son père) pour cause de mauvaise vue, en marge de ses activités professionnelles ou d'écrivain, il se mit à griffonner des caricatures et à concevoir des histoires en images, inventant une nouvelle form e de narration qui sut séduire Goethe, lorsqu'il en découvrit des planches, en 1830. "Rien de plus fou, rien de plus étrange, mais il y a là-dedans les germes de beaucoup de talent et d'imagination", s'exclame le célèbre poète (rapporté par Auguste Blondel , en 1886, dans Rodolphe Töpffer, l'écrivain, l'artiste et l'homme, rééd. Slatkine, p. 109). Pour fabriquer ses albums, Töpffer n'a pas recours à la lithographie, qui ne lui aurait pas permis de mêler texte et dessin (car il faut graver la pierre à l'en vers), mais à sa variante l'autographie, permettant d'écrire et de dessine à l'endroit, en utilisant un papier de report pour dupliquer les copies. Il démontre que cette technique délaissée par les artistes permet une aussi grande fidélité que la lithograp hie classique. Jules Janin écrit : "Töpffer avait fait, en se jouant, moitié plume et moitié crayon, un premier livre appelé Mr Jabot, et ces scènes, ces esquisses, ces gaîtés voisines du grotesque, obtinrent un succès de franche et bonne humeur. Töpffe r lui-même en fut très étonné, et il fallut que ses meilleurs amis l'enhardissent pour qu'il publiât cette ingénieuse fantaisie. En peu d'instans, Mr Jabot devint populaire autant que Sganarelle, et Töpffer se voyant applaudi, se mit à composer au couran t de la plume et du crayon : l'histoire de Mr Vieux-Bois, l'histoire du Docteur Festus, l'histoire de Mr Pensil, l'histoire d'Albert le socialiste, l'histoire de Mr Crépin, etc., autant de comédies qui se composent d'un nombre infini de personnag es les plus divers... Il excelle à faire un visage qui ressemble à quelqu'un ; il cherche avant tout la vie et le naturel ; même il va jusqu'à la grimace, à condition qu'elle soit naïve et touche à la vérité. De toutes ces diverses qualités est venue à Töp ffer la popularité qui l'accompagnait de son vivant, et qui brille aujourd'hui, calme et sereine, sur ces pages de grêle apparence et qui pourtant ne sauraient mourir." (Cité en préface de l'Histoire d'Albert). Ce succès amena de nombreuses rééditions d e ces oeuvres, notamment chez Garnier qui en proposa une version uniforme, à partir de 1860, redessinée à l'identique (pour des raisons techniques de reproduction) par son fils François Töpffer. Les éditions à plat historié apparaissent, généralement sans date, avec diverses variantes de composition ou d'encadrement qui permettent de les dater approximativement. La maison Engel est le relieur habituel de ces albums. Certains exemplaires portent sa signature, d'autres non. Notre série n'est pas signée. Les r etirages d'après-guerre sont datés (1922-1923). Le succès de Töpffer ne s'est jamais démenti. Ses oeuvres complètes ont été publiées à l'occasion de son centenaire par Skira. De nombreuses rééditions de ses albums ont été publiées depuis les années 1960. A Genève, une Société d'études töpffériennes s'occupe de publier sa correspondance (6 volumes parus de 2002 à 2013, un 7e à paraître). A l'évidence, Töpffer est considéré comme un grand auteur, dans sa patrie et à l'étranger. Mais un aspect supplémentaire le rend unique aux yeux de la postérité. Il est reconnu comme l'inventeur de la bande dessinée (Thierry Groensteen et Benoît Peeters, Töpffer, l'invention de la bande dessinée, 1994). Caricaturiste, il a inventé une forme de roman dessiné qui n'avait p as de précédent, mêlant texte et image pour composer des histoires amusantes et extravagantes. Ce faisant, il conçoit en pionnier de nombreuses innovations graphiques et des procédés de narration très modernes, que l'on redécouvre aujourd'hui avec stupéfac tion. Le premier, il a compris la logique d'enchaînement des images, il conçoit la narration d'actions simultanées, les procédés de répétition, de découpage, de mise en page, de rime, de montage parallèle, de symétrie, d'amplification permettant de dynami ser son récit. Il utilise les lois de la physionomie pour typer ses personnages, permettant au lecteur de distinguer leur caractère d'un coup d'oeil. Il semble tellement en avance sur son temps qu'il ne suscite guère d'imitateurs ou de continuateurs import ants (tel Christophe) avant la fin du XIXe siècle, où la bande dessinée fait formellement son apparition dans la presse. Son oeuvre offre ainsi plusieurs niveaux de lecture. Sa fantaisie séduit petits et grands, ses techniques graphiques et narratives fon t l'admiration des connaisseurs, des amateurs autant que des spécialistes, tous d'accord pour reconnaître son singulier génie. Collection complète de ces albums, en condition exceptionnelle.
bottom of page