top of page
TROUESSART (Cécile-Marie) . Grandir !

TROUESSART (Cécile-Marie) . Grandir !

SKU : 9501561
350,00 €Prix
Paris, Librairie Ducrocq, [1900], in-8 (25,5 x 17,5 cm), percaline rouge. Au premier plat, noir et or, un mètre-ruban déploie ses circonvolutions autour du portrait de Suzanne (au centre, frontispice), de Suzanne faisant des exercices d'étirement (en haut, ill. p. 9), de Suzanne sous la toise (en bas, ill. p. 169 et frontispice), et d'un bouquet de fleurs. Au second plat, encadrement de motifs géométriques, au dos, motif du papyrus en long, tr. dorées (C. B(lancheland), graveur, Engel, relieur), (8)-262-(2) pp. ¦Édition originale, illustrée de 49 dessins par Luc Leguey, dont un frontispice et 8 à pleine page et de 6 gravures de diverses provenances.Dans ce roman familial et amusant, nous suivons les tribulations des Laurent et de leurs cinq enfants, André (17 ans), Germaine (15 ans), Suzanne (12 ans) et sa poupée Noëlie, Gabi (7 ans), Lili (4 ans), en route pour rendre visite à leurs cousins dAngers.Dans son sujet et jusquà son titre, cet ouvrage est un véritable hommage rendu au développement personnel et à léducation physique de la part dune petite fille dont le souci est de « grandir » pour rattraper sa plus grande sœur. La couverture, où serpente un mètre-ruban dont les graduations vont de 1 à 99, montre deux scènes significatives : lutilisation dextenseurs et la mesure des progrès réalisés sous la toise, exposant une obsession tenace à devenir « grande ».De ce point de vue, cette couverture est un parfait chef-dœuvre, représentant avec réalisme un objet de mesure courante, mettant en valeur des exercices du quotidien : nous sommes en pleine période de pratique physique et sportive pour la jeunesse.Avec son point dexclamation, cest aussi un rappel de ou plus probablement un clin dœil à la série dEmile Desbeaux, chez le même éditeur, Les Pourquoi et Les Parce que de Mlle Suzanne (1880), dont lhéroïne a le même prénom que celui de son émule dépeinte par Cécile Trouessart et qui semble appliquer et mettre en pratique les leçons de son aînée fictive de vingt ans.Lauteur est la fille du docteur Édouard-Louis Trouessart (Angers, 1842-Paris, 1927). Son premier livre fut réédité plusieurs fois : Aveugle ! ! ! (Firmin-Didot, 1886, Bibliothèque des mères de famille, 2e série). Il fut suivi de romans de la même veine féminine, sentimentale et familiale, dans la même collection puis chez dautres éditeurs : Deux fiancées (ibid., 1888), Seule (ibid., 1889), Le Mariage d'Hervé (ibid., 1890), Un rêve à deux (C. Lévy, 1890), Cœur fermé (A. Colin, 1893, coll. Pour les jeunes femmes), Le Secret d'Antoinette (Firmin-Didot, 1894), Manon aux champs (A. Picard et Kaan, 1898, gravures de G. Ripart, collection Picard. Bibliothèque d'éducation récréative), La Revanche de Léo (id., 1899, ibid.), Les Enfants de Louise (1900, Librairie d'éducation nationale, ill. Ripart et Jamas, même collection), Pour les jeunes filles (quatre nouvelles par Mmes Trouessart, Riboulet, Maisonneuve et Amélie Perronet, ill. Emile Bayard, Loevy, Maitrejean..., Librairie d'éducation nationale, 1902, même collection), Inséparables... (Société française d'imprimerie et de librairie, 1903), La Pierre de touche (H. Gautier, 1905), Notre fée, roman (A. Hatier, 1906, ill. de S. Marcq, collection "Hermine"), Le Choix de Ginette (Hachette, 1907, ill. de M. Mahut, Petite bibliothèque de la famille). Après une interruption dune vingtaine dannées paraissent encore : À la reine Pénélope (Hirt, 1928), Seule (rééd. T. Hirt, 1932, Foyer-romans).Dessinateur humoriste (né en 1876), pour la presse illustrée à partir de 1893, Luc Leguey travaille pour léditeur Ducrocq où il illustre des livres de Sixte Delorme (PH 51-919), Marie Miallier (PH 39-719) et Georges Thurner (PH 53-968). Il représente avec talent costumes, attitudes, situations, scènes familières et quotidiennes, offrant un superbe témoignage graphique sur la vie familiale à la Belle époque.Bel exemplaire.
bottom of page