top of page
UMINSKI (Wladyslaw). Au Pôle Sud en ballon.

UMINSKI (Wladyslaw). Au Pôle Sud en ballon.

SKU : 9501394
600,00 €Prix
Paris, Ancienne librairie Furne, Boivin et Cie, [1907], gr. in-8 (28,5 x 20,5 cm), percaline rouge. Au premier plat, polychrome et au palladium, un ours, séparé d'eux par un bras de mer, observant un groupe de morses et de pingouins sur la banquise, le ballon « La Pologne » ancré au rivage à l'arrière-plan, titre doré. Second plat muet, dos orné du dessin au palladium de l'ours du premier plat, tr. dorées (J. Fau, graveur, Engel, relieur), 243-(5) pp. ¦Édition illustrée de 72 gravures d'après les dessins de Marius Liéger, dont 10 hors-texte. Première édition à la Société d'édition et de librairie, au premier plat gravé par Paul Souze et relié par A. Cartier. L'ouvrage a été réédité par Combet (vers 1900-04) puis par Boivin, dans un nouveau cartonnage gravé par J. Fau et relié par Engel. Les rééditions ne comprennent plus les 4 hors texte en couleurs, qui sont imprimés en noir.La Bibliothèque nationale identifie (daprès Boutchik) MM. Hellé comme étant Léon Golschmann et Ernest Jaubert, "Hellé" étant phonétiquement les initiales de leurs prénoms (ces deux traducteurs ont souvent travaillé ensemble : voir les deux livres de Véra Jelikhovska, PH 5/94 et 11/223 et celui de Nikolai Pozniakoff, PH 10/206).Auteur de livres pour la jeunesse, publiciste et vulgarisateur scientifique, appelé le « Jules Verne polonais », Wladyslaw Uminski (1865-1954) est reconnu comme un des précurseurs de la science-fiction polonaise.Diplômé en sciences naturelles de luniversité de Saint-Pétersbourg, il se passionnait pour la mécanique. En 1889, il fonde l'Aéro-Club de Varsovie. Il a travaillé à la bibliothèque de technologie de l'Université de Varsovie.En écrivant des romans dimagination scientifique, il a rêvé de conquêtes et de machines que son époque ne pouvait pas encore réaliser matériellement. Il a été influencé par les romans daventures de Gabriel Ferry, Jules Verne, Mayne Reid, Fenimore Cooper. A son tour, il a influencé les auteurs qui vinrent après lui.Son ouvrage, le seul traduit en français, sinscrit dans une double actualité, polaire et aérostatique. « Au moment où lon est encore sans nouvelles de l'expédition Andrée, ce livre est d'une douloureuse actualité », dit le Correspondant. « C'est aussi en ballon que nos explorateurs partent à la conquête d'un pôle. Volant au milieu des nuages qu'entraîne le cyclone ou errant sur les glaces éternelles, parmi les mystères de la nature, ils touchent au but après une lutte de tous les instants contre les bêtes sauvages et contre les éléments. Ils sont miraculeusement sauvés alors que, sans ressources, réfugiés sur un glaçon qui fond et qui décroît dans les flots de l'Océan, ils se croient irrémédiablement perdus »A la fin du XIXe siècle, le Pôle Sud était loin dêtre vaincu. Quelque temps après, le romancier Salgari lance à son tour ses héros Au Pôle Sud, à bicyclette (Delagrave, 1906, édition italienne, 1895, PH 22/427).On ne sait presque rien de lillustrateur Marius Liéger, dont le prénom est souvent omis des pages de titre et des bibliographies. Il illustre de nombreux livres slaves traduits par Léon Golschmann et Ernest Jaubert, comme ici. Il est ainsi signalé dans la Bibliographie des œuvres littéraires russes traduites en français de Vladimir Boutchik (1935, huit notices, éditeurs Didot, Lecène et Oudin, Ollendorff, Picard et Kaan, 1892-1901, dont le premier est La Fille du capitaine de Pouchkine). Du fait quil a illustré Le Trésor de Pétrosa, historique, description, étude sur l'orfèvrerie antique, de lhistorien roumain Alexandre Odobesco (Rothschild, 1889-1900, 2 vol. gr. in-fol.), il est fréquemment cité dans la correspondance de celui-ci (vol. 12, 1889-1891, Bucarest, 1992).Ses autres travaux incluent chez Jouvet Pour une rose dAdolphe Aderer (1890), Un oncle dAustralie, par Emile Pech (1895), Les Aventures de miss Harrisson, par Roger Dombre (1897), La Conquête de l'Océan, par Constant Améro (1900), etc. Du côté des œuvres dorigine russe, quil illustre, toujours chez Jouvet, citons Aventures dun ourson russe par Slivitzki ou Slivitsky (1893) et Par les steppes et les halliers (récits dun naturaliste russe) par M. Bogdanoff (1894).La Société d'édition et de librairie (Ancienne librairie Furne) succède à la Librairie Jouvet en 1897 et devient Combet en 1900. Sous ses appellations successives, cette maison est léditeur des œuvres de Paul dIvoi depuis 1894. En publiant des romans daventures scientifiques et géographiques, elle cherche à capitaliser sur le succès de cet auteur. En 1898, elle publie Crackville de Pierre Legendre (PH 33/632) et en 1899 Le Record du Tour de la Terre de Léo Dex (PH 36/673). En 1900, elle débute la publication des œuvres dHenry Leturque, avec Le Grand Serpent, premier volume de la série « Les Mille et une aventures », un émule de Paul dIvoi publié comme lui dans le Journal des voyages. Nous avons déjà présenté un des livres de cette série, Le Trois-mâts La Tire-Lire (1902, PH 34/646).Léditeur annonce le livre dUminski comme faisant partie dune collection dont il est le deuxième volume, après le livre dÉmile Pech, Un oncle dAustralie. Lintention didactique et récréative en matière géographique est donc affirmée, dans la lignée des œuvres de Jules Verne et de Paul dIvoi.Exemplaire superbe.
bottom of page