top of page
VICKERS (Anna). Voyage en Australie et en Nouvelle-Zélande.

VICKERS (Anna). Voyage en Australie et en Nouvelle-Zélande.

SKU : 9501373
1 500,00 €Prix
Paris, Librairie Ch. Delagrave, 1883, gr. in-8 (27,5 x 18,5 cm), percaline rouge. Au premier plat, à l'or, silhouette d'un trois-mâts, dans un encadrement de motifs géométriques noirs, écoinçons floraux dorés. Au second plat, encadrement floral noir, monogramme de l'éditeur aux initiales CD enrubannées, au dos, caissons noir et or, tr. dorées, (4)-459-(5) pp. ¦Édition originale et unique illustrée d'après les photographies rapportées par l'auteur, soit 20 à pleine page, 14 in-texte, 16 pages reproductions de plantes et deux dessins de Gilbert (« Pont de L'Orient » et « Notre cabine à bord de L'Orient »), ainsi qu'une grande carte dépliante en couleurs de l'Australie.Table : A bord de L'Orient, Sydney, Melbourne, Adélaïde, Entre Adélaïde et Melbourne, La Tasmanie, Encore Melbourne, Le sort de Leichhardt, La Nouvelle-Zélande, Les sources chaudes.Cet ouvrage est exceptionnel à plusieurs titres. Il est lœuvre dune Anglaise, à la fois scientifique, exploratrice et artiste, dont cest le seul livre, écrit en français, jamais traduit en anglais. Cest un témoignage unique sur les antipodes, dun point de vue ethnographique, botanique, social et géographique.Peu connue dans le monde francophone, Anna Vickers a sa notice dans The Biographical Dictionary of Women in Science (ed. Marilyn Bailey Ogilvie, Joy Dorothy Harvey, 2000).Mary R. S. Creese, lui consacre un paragraphe dans son essai Ladies in the laboratory? American and British women in science, 1800-1900: A Survey of their Contributions to Research (1998), où elle précise que la botaniste et algologiste Anna Vickers (Bordeaux, 1852-Roscoff, 1906) a publié son œuvre scientifique uniquement dans des revues françaises. Elle est néanmoins présente dans le Dictionary of British and Irish Botanists de Ray Desmond (1977) du fait que son père semble être Anglais. Elle a publié deux articles de botanique, lun sur les algues des Iles Canaries et lautre sur les algues de la Barbade, après des voyages effectués entre 1895-1896 et 1902-1903. Elle visita lAustralie et la Nouvelle-Zélande, en compagnie de ses parents et de ses deux sœurs en 1879-1880. Pendant six mois, la famille se déplaça entre Sydney, Melbourne et Adelaïde, explorant les côtes sud du pays et la Tasmanie avant daller en Nouvelle-Zélande. Anna sest en particulier intéressée au langage Maori et sattela à décrire les origines linguistiques, souvent à partir du Sanskrit dans son récit de voyage publié en 1883. Bien que cet ouvrage ne soit pas consacré uniquement aux questions botaniques, lauteur mentionne une grande variété dalgues exotiques de la côte sud entre Melbourne et Adelaïde. Les fougères quelle a rencontrées lont également beaucoup impressionnée, certaines étant immenses, dautres minuscules et fragiles. Le livre comprend de nombreuses illustrations et dessins faits daprès ses photographies, des reproductions de fougères et de mousses. A son retour, elle sest intéressée à la flore marine de Roscoff, Antibes, Naples, et des Antilles. Aux Canaries elle découvrit trente-trois nouvelles espèces de plantes. A sa mort à 54 ans, elle laissa de nombreux manuscrits inachevés. Un album de planches en couleurs de grand format a été publié en 1908 par sa famille et sa collègue Mary Shaw.LAustralie nétait pas encore une destination fréquente. L. de Beauvoir y fit escale (Voyage autour du monde, 1873, PH 29/541, 1878, PH 17/325). Une autre femme voyageuse suivra ses traces en famille, Lady Brassey (Aux Indes et en Australie dans le yacht le Sunbeam, 1893, PH 11/213). En plat historié, lAustralie est décrite par F. Hutchinson (La Nouvelle-Galles du sud, 1896, PH 18/351). Quant à la Nouvelle-Zélande, elle sera la destination dune autre femme artiste voyageuse, Mme Charles Hetley (Fleurs sauvages et bois précieux de la Nouvelle-Zélande, 1889, PH 15/290).De toute rareté.Exemplaire flambant neuf.
bottom of page