top of page
YRIARTE (Charles) . Venise .

YRIARTE (Charles) . Venise .

SKU : 9501349
1 800,00 €Prix
Paris, J. Rothschild, 1878, gr. in-4 (40 x 30 cm), percaline violine, bords biseautés. Premier plat orné d'un large encadrement noir et blanc de motifs décoratifs avec en bas le lion de Saint-Marc et la mention "Vrbs Venetiarum", en haut le bonnet dogal ordinaire à pointe (d'après l'encadrement de la p. de titre), la réserve centrale occupée par le titre et le dessin du Bucentaure (d'après la pl. de la p. 48), entouré d'une dentelle de petits fers dorés et de filets. Second plat avec la même dentelle et au centre un large fer noir et or regroupant les attributs du doge (d'après la gravure de la p. 258) : un trône portant un coussin sur lequel est posé le bonnet dogal de cérémonie, auquel est accoudé un angelot portant une ombelle, à ses pieds des trompettes entrecroisées, à l'arrière des drapeaux (gravure signée CY, Charles Yriarte), dos portant six caissons ornés de fers décoratifs (vasques, oiseaux, feuillages, etc.), tr. dorées (A. Souze, graveur, A. Lenègre, relieur), XII-328 pp. ¦Édition illustrée de 525 gravures dont 50 hors texte, intertitres tirés en rouge, et un frontispice d'après Véronèse. Histoire, art, industrie, la ville, la vie. Certainement l'un des plus admirables livres sur Venise publiés au XIXème siècle. Son auteur lui a ajouté son pendant chez le même éditeur en 1881, en écrivant Florence, publié dans le même format et avec le même luxe. Il connaît parfaitement son sujet et la région de l'Adriatique, sur laquelle il a écrit plusieurs livres, dont Les Bords de l'Adriatique (Hachette, 1878, cf. PH 81). On rapprochera son ouvrage de celui de Henry Havard, Amsterdam et Venise, paru chez Plon en 1876 (cf. PH 181). Charles Yriarte (1833-1898) avait publié précédemment La Vie d'un patricien de Venise au XVIème siècle (Plon, 1874, gr. in-8 ; rééd. Rothschild, 1883). "Je n'ai pas tenté d'écrire l'histoire de Venise", dit modestement l'auteur dans la Revue scientifique (1877, p. 639). "Je me suis borné à jeter un coup d'oeil général, à présenter un tableau d'ensemble, à esquisser à grands traits la personnalité de l'État de Venise, montrant le point de départ, le plein épanouissement et la décadence, et détachant quelques épisodes dramatiques. Les Archives de Venise sont la source féconde où on devra puiser. J'y ai introduit le lecteur, le conduisant dans chaque chambre et lui disant, d'après le beau travail de M. Armand Baschet [Les Archives de Venise, Plon, 1870], ce qu'elle contient et ce que l'historien peut lui demander. Couleur rare.
bottom of page